Cuzco, le centre du monde

Cuzco c’est le plus grand coup de mon cœur au Pérou. De loin. J’y arrive après 14h de voyage en car depuis le désert de Nazca, à la fois claquée (tu dors mal globalement dans un bus de nuit qui monte une montagne très très haute), et un peu stressée. Parce qu’on est vendredi matin quand j’arrive et que lundi matin je pars pour un trek de 5 jours jusqu’au Machu Picchu.

L’objectif de ce premier arrêt à Cuzco, c’est bien sûr de découvrir la ville mais surtout de me ré acclimater à l’altitude ! La ville est perchée à 3300m au dessus du niveau de la mer et le trek m’amènera jusqu’à presque 5000m.

La capitale de l’empire Inca

Cuzco c’est en quelque sorte Rome, mais avec quelques siècles de retard et en Amérique latine. Alors pour que vous compreniez bien l’importance de la ville, voici l’histoire telle que relatée par le grand historien Lonely Planet. Et tout d’abord une précision : inca veut dire « Roi » en quechua! Donc on ne parle pas pas au Pérou de civilisation inca mais de la civilisation dirigée par l’inca.

D’après la légende, au 12ème siècle, le premier inca Manco Capác se voit confier la mission par le Dieu du soleil de découvrir le nombril du monde, qosq’o. Lorsque Manco découvre ce lieu, il fonde la ville éponyme de Cuzco. Le 9ème inca, très doué pour l’urbanisme, lui donne sa forme actuelle de puma (tu le vois le lien avec Rome là ?) et fait construire le fameux Temple du Soleil, son palais au cœur de la ville. Mais c’était sans compter sur l’invasion européenne. Le conquistador Francisco Pizarro assassine le 12ème inca en 1533, rase les principaux temples et édifices du pouvoir local et fait construire la Plaza de Armas dessus (je passe sur les massacres de populations locales). Tout ça pour que 50 ans plus tard la ville subisse un gros tremblement de terre qui détruit les premiers bâtiments coloniaux (reconstruits ensuite).

Mais d’abord dormir

Les 14h de bus même en siège VIP ça claque. Mais, toujours dans le but de me préparer au Trek, j’ai booké une chambre seule dans une ancienne hacienda reconvertie en hôtel, los Niños Meloc. Le lieu est magnifique, la cour intérieure parfaite pour prendre le petit déjeuner, et le restaurant est exceptionnel (et il a une cheminée).

L’hôtel, à l’inverse de tout le Pérou, est très tourné vers le tri des déchets et a créé un centre d’éducation pour les enfants très pauvres de la région.

Capitale de la teuf

Encore une fois je suis au bon endroit au bon moment. En arrivant près de la Plaza de Armas, en respirant avec difficulté, mentionnons-le, j’entends de la musique à fond. Je ne sais pas ce qu’on fête mais les groupes s’enchaînent autour de la place, chacun avec son orchestre et les gens autour crient pour les encourager !

Il y a de tous les styles. Énorme crush pour les groupes de danse de Puno dont j’essaierai de mettre les vidéos ici un autre jour.

Il y a des groupes très modernes et des très traditionnels. Et il y a… Du très flippant.

Le show continue plusieurs heures, et je décide qu’il n’y a aucun autre endroit où j’ai envie d’être. Alors je reste et je profite, c’est aussi ça le plaisir de voyager seule.

Le cœur de la mémoire inca

La ville est l’occasion d’en prendre plein les yeux côté culture et art ! Toutes les rues du centre historique regorgent de musées remplis de poteries plus ou moins cassées, de galeries d’arts et de petits marchés attrape touristes. D’aucuns diraient que ça manque d’authenticité…. Je trouve que c’est un plaisir de se promener sans se préoccuper des chiens errants.

Les églises qui bordent la Plaza de Armas sont magnifiques, avec leurs briques rouges.

Les intérieurs contrastent complètement avec ces extérieurs plutôt sobres : les statues sont des sortes de poupées de cire habillées avec des vrais vêtements, que l’on change à chaque saison. J’apprends notamment qu’à Noël, la Vierge porte une robe… Rouge et blanche. Façon mère Noël. Bien. Il y a des thèses à faire sur les différences de rites chrétiens entre les péruviens et les français. Les photos sont interdites, je ne suis pas une thug je respecte les règles.

Le centre historique est le mix parfait entre ruines incas et bâtiments coloniaux construits dessus, comme ces murs, construits par les Incas pour résister aux séismes violents de la région.

C’est visible partout dans la rue mais le meilleur exemple de construction mixte est le Qorikancha : les vestiges du temple du Soleil, le sanctuaire le plus riche de l’empire inca, forment les fondations du très beau couvent de Santo Domingo.

La vue sur la ville depuis le couvent donne une bonne idée de son étendue sur les montagnes environnantes.

Je n’avais pas prévu d’y passer autant de temps mais les fleurs du jardin du couvent étaient magnifiques, comment résister ?

Les musées sont tres riches en objets. Parmi mes préférés : le Museo de Arte Precolombino où j’ai passé un bon moment à rigoler des pots à eau.

Au delà de l’artisanat de ces pièces je pense que ces gens avaient beaucoup d’humour.

Pour les autres musées : le Museo Inka possède, d’après le célèbre archéologue Dr. Lonely Planet, « la plus grande collection au monde de queros, les gobelets cérémonies Incas en bois ». Moi j’en ai des palpitations cardiaques rien que d’y penser. Je vous épargne le spoiler photographique allez voir par vous mêmes.

Également le Palacio Arzobispal, un lieu magnifique qui contient des tableaux chrétiens ayant servis à la colonisation et christianisation de la population. Photos interdites mais extraordinaires ils reprennent des thèmes Incas et se fondent légèrement entre les deux cultures, la vierge prenant notamment la place de la Pacha Mamma.

Enfin, le plus grand des plaisirs c’est de se promener à pied dans le quartier des artistes des artistes, San Blas. Des locaux, en tenue traditionnelle plus ou moins authentique proposent de prendre des photos avec des bébés lamas ou alpacas (ou les versions adultes, un peu flippantes).

Faire les marchés

La ville regorge de marchés en tout genre mais un se distingue : le Mercado San Pedro, dans lequel on peut se perdre plusieurs heures entre les stands d’artisanat, ceux de boucherie d’animaux entiers et de fruits et d’objets magiques.

Il y a des stands où tu peux choisir tes fruits et une dame te prépare un jus avec, et ça c’est DA BOMB.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s